Participer au site : news photo video
avatar Se connecter
Le club

Le club


groupesToute l'association

L'Olympic Gym Gardanne a été crée en 1991. Nous comptons aujourd'hui plus de 400 adhérents garcons et filles de 3 à ...( il n'y a pas de limite). Nous avons un label petite enfance , des brevets d'état gymnastique filles et garcons, des intervenants qualifiés ( entretien cardio, gym sénior, zumba , ...) Nous sommes un club familial qui se veut impliqué dans la vie de la commune et diverses actions mais notre priorité est l'épanouissement des petits et des grands à travers un sport que nous aimons. N'hésitez pas renseignez vous ou passez nous voir. 

 D'autres info dans la rubrique info pratiques: les autres activités de l'OGG ou au travers des vidéos!!

HISTORIQUE DE LA GYMNASTIQUE

Il faudra attendre le XVIe siècle pour que l’on s’intéresse à nouveau à ce sport.

 Jahn, patriote allemand considéré comme le père de la gymnastique systématisa l’utilisation des agrès dans son entraînement. On lui doit notamment la mise en place des barres parallèles. 

Avec la libéralisation du corps au cours de la Renaissance , les spectacles de Foire et leurs jongleries ou acrobaties connurent à nouveau un vif succès auprès du public. Aussi, en 1599, un jongleur de la Cour de Charles IX, Archangello Tuccaro surnommé le Saltarin du Roy, rédige le premier traité d’acrobaties, les Trois dialogues de l’exercice de sauter et voltiger en l’air, où il souligne d’ailleurs que « (Charles IX) estoit désireux au possible de s’exercer à ces sauts périlleux, esquels j’avois cest honneur de luy servir de maistre » 

 

Au XIXe siècle, les échanges avec les pays frontaliers, l’Allemagne et la Suisse , permirent de faire naître une gymnastique originale qui prendra une place importante dans le concert international.

 Hippolyte Triat créa la « gymnastique du plancher » (gymnastique au sol). Il prônait les exercices d’ensemble qu’il commandait par la voix. En vogue, sa gymnastique rassembla une élite sociale au gymnase de l’avenue Montaigne qu’il ouvrit vers 1846. Certains expliquèrent que « le gymnase de l’avenue Montaigne était également une école artistique d’acrobatie (...) ».

 Un disciple de Triat, Eugène Paz fonde en 1859 la Société des amis de la gymnastique, et tente « de faire connaître l’importance qu’on accorde ailleurs (en Europe) aux exercices du corps et les effets remarquables obtenus par les jeunes gens qui se livrent régulièrement à ses pratiques fortifiantes. ». Acharné à promouvoir sa conception de l’éducation physique, il devient président le dimanche 28 septembre 1873, au gymnase Paz de l’Union des Société de Gymnastique de France (USGF).

 Toutes les sociétés étaient masculines et répondaient à l’appel du Général Chanzy: « Faites-nous des hommes, nous en ferons des soldats », alors rien d’étonnant à ce qu’elles portent des noms comme la Patriote , En Avant La Vaillante et que Léon Ducret (fondateur de la revue Le Gymnaste) donne l’explication suivante de la devise de l’USGF: « Tout bon gymnaste doit aimer la patrie, il doit être prêt à la servir. Mais pour le faire utilement, il faut acquérir la force que donne le Courage et la soumission à ses lois. L’union entre ses citoyens est le fruit de la Moralité.  »

Au XIXe siècle, seul Clias, avec son ouvrage Calisthénie, se préoccupait de l’exercice physique des femmes que l’on tenait à l’écart des pratiques sportives. Les disciples de Jahn en Allemagne s’intéressaient, quant à eux, à la gymnastique des enfants, filles comprises. Ce n’est qu’à la fin du siècle que les exercices destinés aux femmes évoluèrent: de la pratique de ronde, de sauts de corde, course et travail d’équilibre, elles s’orientèrent vers une gymnastique plus masculine. Les agrès sont utilisés par les femmes et l’on voit apparaître des rudiments d’acrobatie.

 

 

 C’est au début du XXe siècle que la poutre se spécifie pour les femmes qui pratiquaient alors des exercices aux barres parallèles (Les barres à hauteurs inégales - barres asymétriques aujourd’hui n’apparurent qu’en 1936), aux échelles jumelles ou doubles, le saut de cheval et les « anneaux balançants ». Parfois les gymnastes féminines utilisent des engins, tels que les cerceaux et les massues. Irène Popard, grande admiratrice d’Isodora Duncan, introduisit la musique dans le sol féminin et créa sa méthode de gymnastique dite « harmonique ». En 1916, en France, la Fédération des Sociétés Féminines Sportives Françaises naît pour devenir en 1922, la Fédération Féminine Française de Gymnastique et de Sports.

 A la fin de la deuxième guerre mondiale, la Fédération Française de Gymnastique née de la fusion de l’USGF et de la FFFGEP va à elle seule gérer la destinée de ce sport.

Bien qu’empreinte de son passé traditionnel, la gymnastique devient au XXe siècle un sport moderne. La mise en place par le Haut Commissariat à la Jeunesse et aux Sports des premiers conseillers techniques nationaux, contribuera au renouveau de la gymnastique en France.   

   En France, il faudra attendre l’arrivée du Colonel Amoros (d’origine espagnole) à qui nous devons la tradition militaire de la gymnastique. Influencé par les pratiques allemandes et suisses, il créa l’Ecole Militaire de Joinville. C’est dans l’armée, plus portée vers les exercices physiques que l’action d’Amoros sera importante.   

 Les humanistes, tels que Rabelais, Montaigne et autres éducateurs allemands, comme Basedow, Salzman, Guts Muths apportèrent un regain certain à la gymnastique aux agrès: Rabelais imagina la barre fixe qui s’associa alors à la pratique du cheval d’arçons, hérité des militaires romains, et des anneaux que l’on doit aux saltimbanques. 

 Il faut remonter à l’antiquité pour retrouver les origines de la gymnastique. C’est en Grèce, en Crête et en Egypte que la gymnastique prend ses racines artistiques. Les danses sacrées, les exercices acrobatiques, les pyramides humaines et les sauts périlleux exécutés au-dessus des taureaux seront perpétués au cours du Moyen-âge par les saltimbanques et autres bateleurs dans les Foires de rue.

 Parallèlement, à Rome, les guerres font rage et les soldats s’entraînent. A l’époque, les selles étant dépourvues d’étriers, on apprenait aux cavaliers sur des chevaux de bois à monter et descendre par des exercices proches de la voltige.

Le Moyen-âge freinera considérablement le développement de la gymnastique. En effet, la pratique des acrobaties était considérée comme une émanation du démon, aussi l’Eglise jetait-elle un discrédit sans appel sur le corps. 

calendrier club

Aucun évènement à afficher.

La boutique du club

SURVET OGG

SURVET OGG

68.00 €

PHOTOS

gala 2017gala 2017gala 2017gala 2017gala 2017